Abrégé des mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme

Auteur(s), créateur(s), collaborateur(s) : Barruel, Augustin
Collection(s) : Université de Mons (UMONS)


Type d'objet représenté: Livre, monographie
Lieu de conservation de l'objet original: Bibliothèque centrale
Titre: Abrégé des mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme
Auteur(s), créateur(s), collaborateur(s): Barruel, Augustin (auteur)
Editeur: s.n.
Année de première publication ou diffusion: 1800
Lieu de création de l'objet original: Luxembourg
Autre(s) identifiant(s): 1801/13
Langue de l'objet original: Français
Résumé: Augustin Barruel (1741-1820) est entré dès l’âge de 15 ans au noviciat des Jésuites. Lorsque les membres de la Compagnie de Jésus sont expulsés de France, il suit ses supérieurs en Allemagne. Il enseigne, ensuite, dans différents établissements de son Ordre. Après la suppression de l’ordre des Jésuites, en 1773, il revient en France comme précepteur des enfants du prince Xavier de Saxe. Il sera aumônier de la princesse Conti et député à l’Assemblée nationale. En 1792, il s’exile en Angleterre pour ne pas avoir à prêter le serment à la constitution civile du clergé. Lors de son séjour en Angleterre, il écrit les « Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme ». L’abbé Barruel rentrera en France en 1802 et écrira d’autres ouvrages. Ses « Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme » parurent, en cinq tomes, pour la première fois entre 1797 et 1798. Traduites en plusieurs langues (anglais, italien, allemand, russe et espagnol), elles sont rééditées sept fois en version intégrale du 18e au 20e siècle et neuf fois en version abrégée. La bibliothèque centrale de l’UMONS a, dans ses collections, un exemplaire de cette version abrégée, parue en 1800. Dans ses « Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme », Barruel présente la franc-maçonnerie comme le moteur secret de la Révolution. Selon lui, la Révolution française n’a pas été un mouvement de révolte spontanée mais le résultat d’un complot ourdi par les philosophes, les francs-maçons et les jacobins qui se sont alliés pour permettre à la bourgeoisie libérale de s’emparer du pouvoir. C’est la fameuse « théorie du complot » qui fera de l’abbé Barruel le père de l’ « antimaçonnisme ». Pourtant, Barruel connaît bien le milieu de la franc-maçonnerie car lors de son exil à Londres, il a séjourné chez Edmund Burke, philosophe et franc-maçon. Mais son hostilité se marque vis-à-vis des hauts-grades de la maçonnerie française. Si à l’heure actuelle, aucun historien sérieux n’adhère aux idées de Barruel, ses « Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme » ont exercé une grande influence dans l’histoire des idées et un grand rôle dans l’historiographie révolutionnaire et le courant de pensée contre-révolutionnaire et antimaçonnique. (Christine Gobeaux)
Description physique de l'objet représenté: 1 vol. (VIII-315-[1 bl.] p.) ; in-8
Reliure : Exemplaire broché (papier bleu, dos recouvert d'une bande de papier brun avec mention de titre)
Mots-clés: Franc-maçonnerie
Disciplines CREF: 5140
Fait partie du: Oeuvre protégée
URI/URL: http://biblio.umons.ac.be/public/bv/?p=5729
Collection(s) :Université de Mons (UMONS)

Fichier(s) constituant ce document :

File
imp170039-pdf.pdf
Format: application/pdf
Type d'accès: Accès ouvert


Voir/Ouvrir

Tous les documents dans DONum-BICfB sont protégés par le droit d'auteur, avec tous droits réservés.